Quels sont les ancêtres de la lignée Changpa Kagyu ?

Publié le par Dordjé Djikmé

sur :

http://www.voieverslaliberation.org/lavoiebouddhiste/index.html

 

 

 

Cliquez pour agrandir l'image

La Lignée Shangpa Kagyu

 

Parmi les huit grandes lignées originelles, la lignée Shangpa Kagyu est une des cinq qui subsistent de nos jours ; les quatre autres sont les écoles NyingmaKagyu, Sakya et Guéloug.

Historiquement la lignée Shangpa Kagyu trouve son origine dans la personne Kyoungpo Neldjor, le yogin Kyoungpo. Il avait étudié dans son enfance les doctrine Beun et Nyingmapa mais, insatisfait, in se rendit en Inde en quête de l'essence de l'enseignement. Il pratiqua sous la direction de nombreux Lamas parmi lesquels se détachent les deux Dakinis de connaissance, Nigouma, née en pays musulman dans l'Inde occidentale, et de Soukhasiddhi. Les voyages de Kyoungpo Neldjor en Inde et au Népal sont à peu près contemporains de ceux de Marpa le traducteur.

Ces deux Dakinis transmirent à Kyoungpo Neldjor l'expérience directe de l'ultime réalisation spirituelle qu'elles avaient reçue du Bouddha Vajradhara. Outre ces deux êtres de sagesse, Kyoungpo Neldjor eut treize Maîtres principaux dont quatre sont prééminents tous des enseignants réputés de l'époque qui sont :
  • Maitripa,
  • Rahula,
  • Dordjé Dènpa
  • Dordjé Djigmé Djoungné.
Il rencontra en tout 150 instructeurs grâce auxquels il devint dépositaire de la totalité des enseignements. Les ayant réalisés et atteint le but final, il fut bientôt connu comme " le Maître aux Cinq Ultimes ". Cinq Ultimes signifie qu'il avait actualisé les cinq plus hauts aspects de la divinité : son corps, la forme de la divinité, comme Guhyasamaja, sa parole, Mahamaya, son esprit, Chakrasamvara, ses qualités, Hevajra et son activité en tant que Vajrabhairava.

Il introduisit et diffusa au Tibet les doctrines reçues en Inde, en particulier dans les provinces centrales de U et Tsang, et tout spécialement dans une région nommée Shang, d'où son autre nom : " le Lama de Shang ". Kyoungpo Neldjor quitta son corps à l'âge de 150 ans ; ses disciples se comptaient par milliers (180.000 selon la tradition) tant dans les régions centrales que dans la province orientale du Kham. Parmi eux, cinq sont remarquable par leur valeur et un sixième, Motchokpa Rintchèn Tseundru, dépositaire de l'entière tradition, fut prééminent.

Des aspects théorique et pratique, c'est surtout ce dernier qu'il légua à Motchokpa Rintchèn Tseundru; à travers lui, il passa à Kyergangpa, puis à Sangyé Gneuteun, Sangyé Teunpa. Sept générations s'écoulèrent ainsi durant lesquelles ces enseignements se transmirent de bouche à oreille, transmission orale qui répond à une injonction de Nigouma. Passé ce terme, ils furent couchés par écrit et la filiation devint à la fois orale et écrite. Transmise de façon ininterrompue, elle parvint jusqu'à Kalou Rinpoché qui la transmise lui-même à son successeur Bokar Rinpoché.
  • La lignée Changpa comprend trois courants :

  1. Lointain
  2. Proche
  3. Très proche
Le courant lointain trouve son origine en Vajradhara, puis Nigouma, Kyoungpo Neldjor, etc. La lignée proche débute à l'époque du quatrième Karmapa , en la personne du grand accompli Tangtong Guiélpo, qui eut la vision de Nigouma et dont il reçut de nombreuses doctrines. La tradition très proche est liée au vénérable Saint Taranatha (18ème siècle). Il fut également inspiré par une vision de Nigouma, laquelle lui donna les instructions qui sont à la source de ce courant. Taranatha est connu principalement comme celui à qui l'on doit les enseignements Djordrouk associés au tantra Kalachakra, ce qui en fait l'initiateur de deux filiations : Djordrouk et la lignée Shangpa très proche.

Par la suite, la pratique des doctrines Shangpa se fit plus rare mais se poursuivit néanmoins pour parvenir finalement entre les mains du 8ème Sitou Rinpoché Tcheuki Djoungné (16ème siècle), qui était aussi un détenteur de la tradition Karma Kagyu. Il établit un centre de pratique de ces deux courants et est ainsi à l'origine de la lignée dont nous avons hérité. Les enseignements passèrent à son successeur, Gningdjé Ouangpo, puis au premier Djamgoeun Kongtrul et à Kalou Rinpoché.

Kalou Rinpoché devint le principal détenteur de la lignée Shangpa qu'il transmit d'abord au Tibet oriental, dans le Kham, dans les centres de retraite du monastère de Pelpoung, puis à différents Lamas Gélougpa au Tibet central, au Bhoutan et ultérieurement en Inde. Il établit en particulier plusieurs centres de retraite à Sonada (Sikkim), le monastère indien de Kalou Rinpoché est le principal lieu de diffusion de ces enseignements.

Qu'est-ce qui fait la profondeur de la notre lignée ?
Dans toutes ses expressions, la parole du Bouddha est extrêmement vaste et profonde, et il convient d'avoir pour elle un immense respect. Sont tout spécialement profonds les huit véhicules de la pratique, la tradition de l'intériorité et, parmi ces huit, il est dit que la tradition Shangpa se distingue par sa valeur. Elle est remarquable par trois aspects :
  • Son origine
  • Ses enseignements
  • Son influence spirituelle.

Toutes ses doctrines ont été transmises exclusivement par des êtres à la réalisation complète, de grands Bodhisattvas. Aucun de ses transmetteurs ne fut un être ordinaire.

Ses enseignements sont précieux car, non seulement ils ont leur origine dans la Dakini de sagesse Nigouma, mais ils n'ont subi aucune altération qui serait due à l'intellect de personnes non réalisées, aux concepts et idées ordinaires. C'est une transmission d'être éveillé à être éveillé.

Enfin elle est remarquable par son influence spirituelle car, même en cette époque sombre et dégénérée qui est la nôtre, elle possède encore le pouvoir d'éveiller à la pleine réalisation.

L'étude de la tradition Shangpa Kagyu fait naître et développe la confiance de la parole du Bouddha ; tout en comprenant la profondeur, il faut néanmoins savoir que celle-ci se retrouve dans les autres traditions. Le très vénérable Kalou Rinpoché a toujours insisté sur la nécessité de les honorer et de les respecter toutes.

Ceci est non seulement valable pour les huit lignées établies au Tibet, mais pour l'ensemble des différentes formes de bouddhisme dans quelque pays que ce soit. Cette attitude ouverte doit se retrouver à l'égard de toutes les religions authentiques existant dans le monde.

Commenter cet article